Adrien chauve, déjà

L’histoire commence en 1977. Cette année-là vit l’arrivée sur site d’Adrien, précédemment décoffré par le professeur Frydman qui avait délaissé ses chères éprouvettes remplies de fœtus à terme pour une paire de pince à schtroumpf à l’efficacité redoutable. Madame sa mère (d’Adrien, pas de Frydman !), intriguée par l’évidence d’un micro-climat aiguisant l’appétit des nourrissons, avait accepté l’invitation pressante de sa belle-mère préférée. Adieu tire-lait donc, on couche l’enfant dans le moïse, et vive la plage et l’apéro au whisky Edouard VII (le préféré du colonel cette année-là).

L’affaire suit son cours et subitement, en 1980, un OVNI s’échappe de sa cachette prénatale et saute dans le vide. Seulement retenu par le cordon ombilical, il effectue une descente parfaite de précision pour s’immobiliser à 3 cm du fond de la cuvette intentionnellement (?) placée là par une très sage femme. C’était l’invention du saut à l’élastique qui restera le seul exploit sportif de ce gnôme qui prit, sans qu’on ne lui demande rien, le nom de Benjamin. Etant d’une nature aussi vorace que son aimable aîné, sa mère conclut à la nécessité de lui faire gouter le micro-climat qui réussit tant à son frère.

1980 : un intrus colonise la Bonnichon

1980 : un intrus colonise la Bonnichon

Adieu donc tentatives aussi infructueuses qu’inutiles, on dépose l’objet au fond de la Bonnichon sous le regard attendri de la grand-mère et on va se taper une caïpirinha et une fejoada, chez France…

La suite vous sera conté par Tonton Phil et Maïanne qui ont décidé qu’une tribu de deux, c’était insupportable…